Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Harley Davidson
  • Harley Davidson
  • : Harley Davidson nos sorties nos voyages nos coups de gueule, nos humeurs nos amis.
  • Contact

divers !

Rechercher

Mon Facebook

facebook

Archives

Texte Libre

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 21:21
Avez-vous été sage ? ? 
moi ? non, mais c'est pas le sujet.

O-B merde un max et travail au ralenti, donc j'ai placé les premières photos a l'endroit habituel, ne pas oublier sur la droite vous pouvez mettre en pleine écran, il y en a plus de 200 soyez disponible, pour les regarder.
D'autre suivrons.
C'est ICI , oui pour les nouveau cliquez dessus le mot ici !
Et revenez ici me dire vos impressions !
Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 23:32
Et oui un erreur sur l'article d'hier soir.
Ou plutôt un oubli !
Certains m'ont posés la question, pourquoi rentrer plus tard le deuxième jour (nuit) ?
et bien la réponse en photos si Over-Blog me laisse faire . . . . .
Nous sommes passés devant un stand que Pat connais bien en retournant à nos motos.
L'ambiance était très chaude, mais comme notre ami Raymond souffrait du dos, nous avons convenus de rentrer sans nous arrêter et oui !
Mais demain...
Nous ferons nocturne !



 


 







 
C'est le moulin rouge !
Pas le même que chez nous. . 
Je vous en parle à la fin des comptes rendu sur le site
Patience ! ! ! 
nti_bug_fck
Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 12:30

Nous y sommes.

Hier soir nous nous sommes installés dans nos appartements, Je partage le mien avec Raymond au rez-de-chaussée ou nous avons chacun notre chambre, fabien Thérèse sont installé au premier.

Etant toujours levé le premier, j’ai, comme d’habitude la charge du café.

Le propriétaire nous apportera des petits pains, deux chacun tous les matins.

Nous avons dîné comme à chaque fois à la pizzeria distante de 150 mètre de notre logement. Notre spécialité, le plat des quatre nouilles (pattes), dont une est assaisonnée au piment ! C’est un plat pour deux.

Nous croisons dans le même établissement les membres du chapter de Rouen.

Peu de place nous nous installons au fond de la salle.

Nous pouvons enfin décompresser, Raymond souffre toujours du dos, mais suppose à la visite chez le médecin.

Demain nous irons chercher de la pommade.

Nous rentrons nous coucher, pour un repos bien mérité.

6 heures 30, je prépare le café, heureusement, j’avais emporté, filtres café, sucrettes et lait en tube, celui-ci a souffert du voyage une fuite . . . mais pas de dégâts.

Première mission ce matin faire des provisions, pour les petits déjeunés, trouver de la pommade pour Raymond, il a mal dormit.

Une chance la responsable du petit self voisin comprends un peut ce que nous lui disons.

Massage du dos de Raymond, par Thérèse heureux le gars ! Mais avec des grimasses !

Au programme, déplacement à Faaker See afin de faire du lèche vitrine et prendre la mesure des tarifs pour cette année.

Le plafond est très bas et la pluie menaçante.


Thérèse préfère monter derrière Fabien. Trop de motos sur place, cela l’inquiète.

Barrage de police à l’arrivé sur le site, pas une voiture ne peut passer c’est réconfortant mais cela ne durera pas. Le lendemain le filtrage était quasiment inexistant !

Nous effectuons un tour complet du lac, pas beaucoup de motos. Le temps ?

La pluie ? L’horaire ?


Nous avons décidé de nous rendre au village « Harley » à pied, après manger.

Nous retrouvons les même stands, plus quelques nouveaux, c’est bien pratique pour faire les achats.

De belles préparations par les « kustomiseurs » patentés, sur un stand une Ferrari peinte en noire mat !


Les motos commence arrivées, mais le temps reste froid, et la pluie tombe toujours par intermittence.

Nous finirons la soirée en mangeant un jambonneau frites et grillades, avec une bière.



Nous écoutons, sur le podium monté par Harley Davidson, un chanteur qui reprend les chansons de Freddie Mercury, mais il n’avait pas toute sa voie, au bout de quelques minutes nous décidons de rejoindre nos motos au village des « gris ».

Le retour a été pénible pour Raymond qui souffre toujours du dos.

Une Grappa, et au lit.

Demain au programme une ballade à Friesach, (le plus beau village Carinthie) et retour sur le lieu du rassemblement, nous rentrerons très tard. 
Des photos ici

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 00:28

 

Une vidéo pour vous faire patienter
(elle n'est pas de moi)

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 22:56

Quatrième étape l’arrivée.

 

Etape 4 :
Alba di Canazei/Val di Fassa, Arabba, Andraz, Cortina d'Ampezzo, Villapiccola, Rigolato, Sankt Andrä, Ostriach, Ossiach.
273.8 km

 

Dernière étape qui nous conduit à notre lieu de destination Ossiach.

 

Le patron de l’hôtel nous a permis de mettre nos motos dans sont garage au sous sol de l’hôtel, avec accès a nos chambre par ascenseur !

Au réveil un coup d’œil par la fenêtre. . Il y a beaucoup de nuages le plafond n’est pas trop bas mais il fait froid ! Nous sommes à 1450m.

Un copieux petit déjeuné, il nous faut des forces.

Contrôle des niveaux d’huile pour nos machines, le patron de l’hôtel nous accompagne, normal il possède une BMW.

De mémoire, il me semblais qu’il nous restais qu’une difficulté sur le parcourt. Juste au départ de l’hôtel.

Erreur, nous le verrons plus tard.

Les bagages en place, les moteurs chauds, nous partons, un peu inquiet, du grésil commence à tomber. . .

 La route, très difficile ne permet pas, par moment, de passer un virage avec une voiture imaginez avec un car ! 

Beaucoup de virages en première la main sur le frein, aucune visibilité qui pourrais nous permettre de couper les épingles afin de faciliter le pilotage. Le poids des motos avec les bagages se fait ressentir, la fatigue aussi, le froid la pluie voir les périodes de neige, concentration maximum.  
 

48 c’est le panneau qui indique le nombre d’épingle qui nous reste à exécuter avant le sommet ! Et à chaque virage le nombre change les tournant ne son pas décomptés !

 

Enfin nous arrivons au sommet sous la neige !


 

 

 



Nous ne traînons pas pour entamer la descente, la peur d’être bloqué là-haut !

Dans le bas de la descente des éclaircies, nous sommes heureux, je me laisse partir devant, abandonnant mes compagnons de route pour une descente des plus agréable, je me sentais bien, les épingles hop, les virages hop, le pieds quoi. . . 

Sur le bas de cette envolés de virages une crainte à la vue de fermiers, dont une fille, rassemblant un troupeau de vaches avec des motos de trial ! Je passe juste avant qu’ils traversent la route !

Une deuxième frayeur ou j’attaque une épingle à droite, frein moteur en première pensant que le car qui montait avait un rayon de braquage plus grand, j’ai faillie resté collé sur la bordure du trottoir !

Enfin je m’arrête et attends mes amis.

Pas le temps de souffler, après la descente nous repartons pour une nouvelle escalade.

Au court de la montée, la neige tombe, de la grasse celle qui colle partout, nous ralentissons et restons très attentif.


 



Au sommet de cette route, un panneau nous signal un feu rouge régulant un passage alterné, nous arrivons le feu est vert, il prévient d’un pont permettant le passage d‘un seul véhicule à la fois je suis en tête, je m’engage sans pour autant ralentir ma vitesse, qui reste faible.

Ma roue avant échappe sur la gauche, je me trouve sur le centre du pont et m’aperçois très vite qu’il est en bois !

Ma moto en travers, je réussi néanmoins à rétablir mon équilibre et redresse ma moto, ouf.

A peine rétabli et pas sorti du pont, un gros bruit sourd, un coup d’œil dans les rétroviseurs et je constat que Raymond n’a pas eut la même chance que moi, il viens de chuter lourdement.

Je ralenti ma moto malgré la couche de neige du pont et je me place en travers de la route tous feux allumés afin de bloquer la circulation.

Je descend et cour vers lui. Il c’est relevé et gigote de toutes part afin de vérifier s’il n’a rien de cassé.

Fabien et Thérèse, qui suivaient, comme nous en avions décidé avant, avec une certaine distance, ont réussi à stopper leur moto avant le pont. 

Nous redressons la moto de Raymond. Je monte dessus et contrôle si rien n’est abîmé.

A part les reposes pieds relevés, c’est d’ailleurs prévu pour cela, tous semble en ordre, la moto ne démarre pas, normal il y a des sécurités qui coupe le moteur en cas de chute.

Assis dessus à avec les jambes je fais traverser le pont à la moto.





Une fois stationnée de l’autre coté, Fabien fait traverser les deux autres motos.

 

 Nous rétablissons la circulation, peut de voitures, pas un râleur ! C’est l’Autriche !

 




 Raymond nous informe, qu’il n’a rien de casser une douleur dans le dos une sur l’épaule, mais supportable, nous lui laissons le temps d’un clope, pur récupérer, c’est lui qui nous donne le signal du départ.

Pendant tous se temps la neige a continuées à tomber. 



Notre crainte maintenant la descente, trois problèmes, le froid, le sol, la visibilité !   

C’est à petite vitesse que nous descendons, une très longue descente, plus de 40 km.

 



 



Dans la vallée le soleil fait sont apparition j’ai pris un peut d’avance afin de chercher un endroit pour nous permettre de récupérer, je trouve un grand panneau welcome biker.

 

Un restaurant, je fait signe a tous et nous nous trouvons sur le parking un coup de main a Raymond et Thérèse pour leur ranger leur machine, si lui a mal, elle a froid !

Contrôle dans les wc de l’établissement, une blessure sur le haut de l’épaule, et dans le dos un hématome qui nous inquiète.

Raymond souffre, mais ne veut pas nous poser de problème, il nous reste 150 km à parcourir, mais plus d’escalade et le soleil a pointé sont nez.

Nous décidons de prendre l’autoroute a hauteur d’amaro afin, de soulager Raymond, cependant, la route reste très propre comme la plus par des routes du pays d’ailleurs.

Nous reprenons la route après nous avoir restaurés, réchauffé, mais toujours humide pour mes compagnons.

La suite de la route ne pose pas de problème particulier sauf l’entrée de l’autoroute le panneau est vert, et non pas bleu ! Donc le la loupe !

Nous retrouverons une entrée 30 km plus loin.

Sur l’autoroute, c’est le délire, nous tirons des bourres mutuellement sauf Thérèse, nous la chambrons au péage, stimulées elle accélère et arrive à 130 !

Nous passons devant notre lieu d’hébergement ! Quelques moment de recherche a nous pouvons prendre nos cartier ! 

Ce soir restaurant chez l’italien, a pieds 150 m.

Mais la suite est une autre histoire, pour bientôt.

Ps: Raymond va bien deux côte abîmées !

 

 

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 01:16
La suite des vidéos, over-blog refuse  de les prendre toutes, résultat deux pages !

La descente vers la vallée plus chaude
 



Mais il y a du soleil !

 



Sans les mai,s juste les pieds !

 


Mais là il y a arrêt d'urgence !

 



Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 01:00
Aujourd'hui pas de récit, mais des vidéos, des petites réalisées, avec mon appareil photo. Le froid la pluie, le grésil, pas question de sortir le matériel !  
Bonne vision ...

Le grésil nous tombe dessus par rafales, un arrêt la question nous continuons ?

 



Et bien oui nous continuons !

 



Et nous qui croyons être au sommet !

 


Et maintenant la neige !

 



Enfin le sommet 2509 m

 

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 23:18
                                        notre hôtel
 
Etape trois de la grimpette en vue ! 
Mieming, Brunau, Sölden, Vipiteno, Pennes, Campolasta, Sarentino, Bolzano, Carezza al Lago, Mazzin, Alba di Canazei/Val di Fassa.
268.6 km.
 
Ce matin je me lève à 6 heures afin de jeter un coup d’œil par la fenêtre.
Le plafond très bas m’inspire pas confiance.
En effet aujourd’hui nous attaquons la montagne, l’itinéraire choisi, va nous faire escalader plusieurs cols dans la journée, 268 km, la distance reste petite volontairement, c’est du physique cette fois.    
La fin du parcourt nous emmène en altitude ou un hôtel chalet nous attends. 
Nous quitterons l’Autriche pour l’Italie.
Sept heures trente, le ciel reste bas mais des signes de changement.
Nous déjeunons à l’hôte,l salon rustique poutres et gros meubles.
Il y a de la confiture maison hummm ! !
Nous chargeons les motos, le soleil fait son apparition, pas longtemps, des gouttes, mais pas trop nombreuses, il en va ainsi pendant un certain temps.
Je parle beaucoup de la météo parce que notre itinéraire en dépend, plusieurs options sont programmées dans le GPS, ainsi à plusieurs reprises nous pouvons changer de route pour atteindre notre objectif.
Nous décidons de garder l’itinéraire des cols avec possibilité de changer à deux reprises si le temps se gatte.
Ambidextre, vous connaissez ? « Qui se sert des deux mains avec une égale facilité », se qui aussi permet des erreurs, le GPS me dis tourné à droite et hop je prends a gauche ! Sur la seul portion rapide avec les trois copains derrière moi ! (MDR eux !)
Heureusement une station service, nous remplissons nos réservoirs et repartons dans le bon sens !
Sous la pluie pendant plusieurs dizaine de kilomètres et des virages.
Notre moyenne reste faible. Il faut resté prudent, dés que nous commençons à monter, le froid, et la pluie qui se transforme en grésil ! Toute petites billes de glace ! Avec le vent vous vous refroidissez très vite. 


A mi parcourt nous avons la possibilité de changer de direction et prendre l’autoroute, un arrêt s’impose, le grésil tombe toujours par rafales.
Arrêt au seul café visible dans le coin, et merd… fermé la propriétaire nous dis que plus haut il y en a un !
Conciliabule, nous sommes d’accord pour continuer l’escalade, je sort ma réserve de gants (5 paires dans les sacoches) et effectue une distribution.
Mes compagnons de route, commencent à avoir froid, personnellement je ne souffre pas du froid, je suis bien protégé, le carénage de ma moto me coupe du vent et du grésil.
Je demande à tous de me prévenir si cela ne va pas pour eux, et nous reprenons l’ascension.
La dame du café avait raison il y a bien un café, mais au sommet !
Nous y arrivons avec nos par brise plein de glace !
 
La traversé du parc naturel de Timmelsjoch à 2509 m au Tyrol nous coûte 11 euro par personne !
Nous ne traînons pas, même pas d’arrêt.
Un vent violent et froid souffle. Nous avons qu’une hâte redescendre dans la vallée, coté italien, la météo devait être plus clémente ce matin, (à la télé).
Effectivement après le passage de gros nuage, le soleil se pointe timidement, mais le temps change très vite en montagne, je m’arrête pour prendre des photos et propose aux autre de passez devant rendez-vous au premier café rencontré sur la route, Thérèse et fabien partent, nous restons avec raymond.
Nous n’avons pas profités complètement des paysages, en effet les nuages nous masquaient souvent l’horizon. 
Nous croyons avoir atteint le sommet au péage, mais non, le contournement d’un pic nous réserve une surprise de taille, des virages de plus en plus serrés et nous montons toujours ! !
A court d’un arrêt de violentes bourrasques de neige nous tombe dessus. Trente secondes plus top il y avait le soleil ! Sacrée montagne.
Nous arrivons au sommet, des stalactites pendent au bord du toit d’un bâtiment ! !
Du sel a été rependu sur le sol et le vent souffle fort nous ne restons que le temps de la photo.
Nous descendons, doucement, traversés de tunnel, cascades à flans de montagne et des paysages à coupé le souffle. 



 



 
 
Le temps se calme le soleil fait sont apparition. Nous apercevons les motos de nos compagnons de route stationnées à coté d’un chalet auberge.
Nous nous arrêtons, il est midi, nous n’avons pas fait la moitié du parcours. Nous décidons de manger sur place.
Nous repartons le ventre plein, réchauffé, plein de courage, la route reste propre et le soleil présent.
La traversé de Bolzano nous surprends. En effet le GPS nous fait passer au plus court, heureusement que nous ‘étions pas en voiture, la route était trop étroite pour passer !
A la sortie de Bolzano, nous prenons la direction de Canazei, notre hôtel, j’ai privilégié un hôtel en dehors de la ville, 30, 40 km je me rappel plus, sauf des virages et moi je l’ai choisi en altitude !
Et


paf deux escalades de cols avant d’atteindre notre lieu de repos !
 18 heures, l’hôtel sympa le patron nous fait ranger les motos dans sont sous sol fermé à clé avec accès direct par ascenseur !
Il ne fait pas chaud dehors !
Nous mangerons sur place à l’hôtel et très bien pour pas chère, nous finissons la soirée en sirotant de la grappa, au bar de l’hôtel, en effectuant le débriefing d’une sacrée journée. 
Celle de demain ne serra pas de tout repos aussi.
 Des liens ICI et ICI
Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 00:56

 

Nous quittons Bischwihr pour Mieming, 439 km, le ciel gris nous inquiète, les vêtements de pluie sont enfilés. 

                                                      
Nous traversons le Naturpark Südschwarzwald (Parc naturel Forêt Noire du sud)

et poussons jusqu’à Tuttlingen afin de contourner le Lac de Konstanz.

La route reste simple dégagée, pas beaucoup de véhicule, il faut dire que se sont pour la plus part des routes secondaire.

                                                       

Une moto vient à ma hauteur, discussion nous mangeons quand ?
                                                        

Je suis le leader du groupe depuis le départ, ce n’est pas mon truc, mais quand je roule je roule.

Mais à 13 heures 30, mes compagnons ont faim !

Je fini par trouver une pizza kebab, à 14 heures !
                                                 

Un accueil chaleureux, nous sommes les seuls clients, les autres ont sûrement fini de manger. .

Un  super repas, j’ai même bu un thé à la cerise ! (Avec une salade de choux !)

L’établissement ne possédait pas la licence pour l’alcool.
                                                           

La pluie nous tombe dessus juste avant le départ, elle nous accompagnera pendant plus de 250 km et parfois très dru.   
                                                                  

A partir de Holfen, cela se corse puisque nous commençons à approcher sérieusement la montagne.
Un arrêt d'urgence au bord de la route pour admirer les figurines (en vente), sur une pelouse.

 

 


 



 

Notre moyenne baisse nous arriverons à 19 heures à l’hôtel.

Merci au GPS qui nous amène au pied de l’hôtel pourtant nous sommes dans un endroit perdu.

Et…..surprise l’église se trouve juste à coté !


Une belle église.

Le restaurant de l’hôtel est fermé, notre hôtesse, jolie, nous indique une adresse à moins de cinquante mètres.

Un tarif abordable 46 € à quatre et je passe sur le nombre de bières et de digestifs ! 

Nous nous couchons comme les poules…., (avec la fermeture du restaurant).

Demain nous grimpons. 
Etape étudier plus courte que les autres, le nombre de col n’est pas connu au départ.

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 23:11

Ma p'tite femme me dit toujours la veille d'un départ "je ne dort pas, ou peut".
Pour moi pas de problème, réveillé à 6 heures 30, les bagages se trouves depuis hier sur la moto, reste qq babioles à mettre dans les sacoches.
Le temps reste frais, en plus du cuir je mets mon pantalon imperméable, avec la doublure.


Le rendez vous avec Fabien et Thérèse, mes compagnons de voyage a été fixé à 8 heures 30 à Morainvilliers sur la A13, pour le troisième compère Raymond, le rendez vous a été fixé à l'entrée du périphérique.


C’est une étape de jonction, 546 km, domicile à Bischwihr, juste après Colmar, une crainte à l’arrivée, le positionnement du drapeau voir ici sur la carte nous a placés à quelques kilomètres de notre lieu d’arrivée !

Un doute pour la suite de notre voyage puisque les deux GPS ont reçut les même fichiers de nos parcours.

La route pour nous rendre à notre hôtel n’apporte pas grand intérêt, de grandes lignes droites parsemées de radars, les GPS nous tiennent informés par des alertes sonores à chaque fois, nous avons la tête en compote à l’arrivée.

La chaleur est arrivée à mit chemin, nous avons profité d’une pose "essence repas" pour nous changer.

Il n’y a personne à l’hôtel, pour nous accueillir, les clés de nos chambres se trouvent sur le comptoir, avec un petit mot !

Un parking dans la cour intérieur, nous stationnons nos motos en toute sécurité.

Une heure avant l’ouverture du bar !

La première bière se fait attendre.
Nous regardons le menu, les prix sont intéressants, nous mangerons sur place, choucroute, Pinot noir et un Riesling.

Et au lit, demain une bonne étape, seul Raymond nous signal avoir entendu des cloches cette nuit ? ? (Le Riesling ?).

Après le petit déjeuné, nous reprenons la route.

A suivre. . .  

 

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article

Articles Récents

clik sur la photo

Texte Libre

Patch les Minotaures

 

 

Bull Dog Patch