Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Harley Davidson
  • Harley Davidson
  • : Harley Davidson nos sorties nos voyages nos coups de gueule, nos humeurs nos amis.
  • Contact

divers !

Rechercher

Mon Facebook

facebook

Archives

Texte Libre

11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 20:32

Mon dernier article ouvre la porte à des comportements "gendarmesques" qui suivent obligatoirement ce genre de conduite.... Mon ami Gaby de Wild, nous raconte une histoire vrai que je vous transcrit integralement :

Aujourd'hui c'est une leçon de code pour tout le monde. Sujet de la leçon comment marquer le Stop à moto.

J'en vois déjà au fond de la classe qui pouffent de rire en se demandant quelle mouche a bien pu me piquer pour que je vienne abuser de votre temps en vous parlant d'une action que certains d'entre vous exécute plusieurs fois par jour ou, en tout cas assez souvent pour que cette manoeuvre leur paraisse tout ce qu'il y a de plus naturel.

Eh bien si je viens vous en parler aujourd'hui, c'est que c'est finalement un  peu plus complexe qu'il n'y paraît à premiere vue.

Surtout selon le fonctionnaire assermenté en planque dans l'espoir de constater une infraction qui est copieusement tarifiée et assujetties de quelques points. Pour le commun des mortels que nous sommes, l'apparition d'un panneau Stop au carrefour d'une route d'éclanche une réaction en chaine jusqu'à l'arrêt de la machine qui vibre entre vos cuisses(je parle de moto, ne vous méprenez pas!). En résumé, et pour faire rapide, dès qu'un stop apparaît à l'horizon, on lâche la poignée des gaz histoire de ralentir un peu la course de son véhicule avant de rentrer un rapport, puis deux, trois, quatre ou cinq jusqu'à l'arrêt du véhicule.

A ce momment, on pose un pied à terre. Celui qui est du côté du sélecteur ou celui qui est du coté du frein, c'est celon l'habitude que l'on a prise ou l'humeur du momment. On regarde si la voie est libre en jetant un oeil à droite puis à gauche et, faisant ni une ni deux, on passe en première ou l'on relâche paisiblement la poignée d'embrayage si, à tout hazard, on ne s'est pas mis au point mort, pour relancer dans la course. Je pense qu'aucun biker ne trouvera à redire à la procédure expliquée ci-dessus. En tout cas, moi, c'est comme cela que je procéde depuis que je fait de la moto. Et je ne suis pas le seul. Valentin, un pote de longue date, procédait ainsi lui aussi et pensait être dans le vrai puisque aucun des képis de France et de Navarre qui lui avait été donné de croiser depuis la nuit des temps n'avait trouvé matière à verbalisation. Sauf il y a quelques mois, alors qu'il faisais prendre l'air en province à l'une de ses triumph, il s'est trouvé un duo de gendarme pour l'arrêter pour une raison dont il etait à mille lieues de se douter après avoir dûment marqué un stop. Certain d'être dans son bon droit, il s'attendait simplement à ce que la gendarmesque vérifie s'il était bien en possession de son permis de conduire, de la carte grise et de l'assurance de sa Bonneville. Il est même allé jusquà se demander si les gendarmes, émus par l'antique Triumph, ne l'avaient pas  arrêté simplement pour tailler le bout de gras et parler mécanique. Que nenni ! Ceux-ci lui signifient aussitôt qu'il avait grillé un stop et que l'infraction était passible d'une jolie amende et de quelques points en moins. Incrédule, Valentin leur signale que les ayant vu arriver, il aurait été bien con de griller le stop devant leurs yeux. " Certes, lui répondent les deux uniformes, vous vous êtes arrêté, mais vous n'avez pas posé les deux pieds à terre comme l'exige le code de la route." A deux doigts de péter un câble, Valentin prend finalement le parti d'en rire et attend que les jumeaux lui aient rendu ses papiers et remis sa contravention pour repartir flâner sans demander son reste. De retour chez lui, il téléphone à son fiston, qui exerce la profession d'avocat, lui raconte son histoire et lui demande de vérifier quelles soont les dispositions de la loi à ce sujet. Las, il n'en croit pas ses oreilles lorsque son rejeton lui confirme, après recherche, que les gendarmes n'ont fait qu'appliquer le règlement. Et ça, ça ne ressemble pas à du harcèllement, peut être ?

Vous êtes prévenus !   

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbu Q - dans jcbiker
commenter cet article

commentaires

Raspoutine 17/10/2006 14:17

Ben ça, j'connais une dizaine de motards qui sont en totale infraction alors. Enfin, là ils le connaissaient le code de la route les gendarmes. Ils sont peut être moins tête en l'air que les policiers, qui eux ont quelques difficulté à se rappeler dudit code (ce qui peut entraîner des PV pour une faute qui n'en ai pas une) Y a pas à dire: vive la Maréchausée française

jcbiker 03/07/2008 19:24


..


Michel 12/10/2006 07:00

Barbu mon ami, Ils sont fous les gaulois bleus. Pour instruire un biker belge qui passe de temps en temps la frontière, au feu rouge dans ton pays, on s'arrête, on coupe le moteur, puis on va boire un ti pastis ???? Y a pas à dire, mais il serait temps que parmi les concepteur de votre code de la route vous fassiez mettre des gens sensés et pas des fonctionnaires lobotomisés.

jcbiker 03/07/2008 19:24


..


Articles Récents

clik sur la photo

Texte Libre

Patch les Minotaures

 

 

Bull Dog Patch