Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Harley Davidson
  • Harley Davidson
  • : Harley Davidson nos sorties nos voyages nos coups de gueule, nos humeurs nos amis.
  • Contact

divers !

Rechercher

Mon Facebook

facebook

Archives

Texte Libre

28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 22:52

AOûT DEUX MILLEs SIX : NOS VACANCES ;

Et bien oui c’est fini, une semaine de vacances (hors du domicile).

Pour des raisons perso impossible de partir plus longtemps et avant.

L’inattendus était au rendez vous

Heureux de partir en Harley avec ma belle (ma femme), guidé par mon GPS tout neuf, fini les cartes routières, fini les autoroutes a péages, vive les départementales, les nationales et les autoroutes gratuites et oui il y en a !

Direction Angoulême, étape relais chez maman, départ le lendemain au petit matin pour Bagnières de Bigorre, chez ma belle soeur, le temps; pas mauvais, frais, mais nous évitons la pluie.

Normal il y a un dieu motard et c’est moi qui l’avais ! La chance de partir en dehors des dates communes, il a moins de boulot !

Début d’alerte du coté de Bordeaux, petites coupures d’allumage sur un cylindre, tiens cela me dit quelque chose !

Enfin sûrement une fausse alerte puisque la suite du trajet se fait sans problème.

Sur place deux jours ; balade en voiture avec notre chauffeur pour la découverte de la région jolie, très jolie, la moto rangée dans le garage.

Le départ, avec les locataires aux fenêtres, les feux clignotants rouge, bleu, il ne manque que la sirène !

Démarrage du moteur au quart de tour et oui monsieur c’est cela l’injection et l’électronique, que je dis a un passant qui m’interrogeait...

Et nous voilà chargé, en route pour Angoulême, la météo nous sera favorable une partie de la journée selon TF1.

Et vlan patatras trois kilomètres plus loin il nous reste un cylindre en état de marche !

Démontage de bougies échange avec celle de réserve, rien n’y fait, une solution ; le retour au point de départ pour l’appel au HOG assistance.

Retour, peu glorieux les spectateurs étaient encore en train d’évoquer le spectacle que nous venions de leur offrir ! (Conversations de comptoirs)

Tête basse nous téléphonons a l’assistance, le reste, bah, la dépanneuse, pas de concession dans les environs et c’est cent cinquante kilomètres dans la dépanneuse a quatre vingt dix dans les descentes direction Toulouse avec un chauffeur qui avait du mal a lire sont GPS !

J’ai dû mettre le mien en route pour trouver l’adresse du concessionnaire et le guider (lunettes cassées selon lui !)

A la cons’ cinq heures d’attente, sans manger et oui la cons’ se trouve dans une zone industrielle rien aux alentours (le p’tit déjeuner est loin),

Les clients sont servis avant, normal ils avaient rendez vous, heureusement que dans mon malheur j’avais été confronté a la même panne lors du voyage Portugal Morzine (voir l’article), cela ma permis d’orienter le mécano, et bien oui c’était la même panne fil d’alimentation de l’injecteur coupé, la soudure effectuée par mon concessionnaire n’a pas tenue (faute à qui ? d’après le mécano de Toulouse la soudure était propre mais le fils trop tendu ?).

Enfin nous repartons après des palabres à n’en plus finir avec le responsable de la concession qui souhaitait me faire payer ! Non ! Pas deux fois (voir l’article Faro) la garantie doit jouer même pour deux pannes ayant la même origine qui d’après lui ne lui permettra pas de se faire rembourser par HARLEY DAVIDSON France, pas mon problème !

Départ pour Angoulême dix sept heures trente, trois cent cinquante kilomètres nous n’y coupons pas, la pluie sur les cent cinquante kilomètres de la fin du parcours.

De la vraie pluie, drue épaisse celle qui reste sur la chaussée et qui fait des gerbes lorsque l’ont roulent dessus, celles qui vous rappelle que toutes les bandes blanches peintes au sol sont des pièges a glissades, et oui Harley ne marche pas sur l’eau ! bien que, a certaines vitesses, j’ai bien cru que .

Et pour couronner le tout le brouillard vient s’ajouter sur les cents derniers kilomètres ! Le vrai aussi, celui dans lequel tu rentres sans savoir ce qui t’attend derrière qui te colle aux lunettes et te renvois la lumière de ta pauvre ampoule de phare en pleine gueule, mal réglée, celle qui éclaire les arbres et pas la route en code SVP, celle qui vous en fait prendre plein les yeux par les autres automobilistes mécontents qui viennent en face ! (Celle qui aurait dû être réglée à l’achat de la moto il y a dix huit mois !).

Et cela sur une route que vous ne connaissez pas, normal c’est « GPS » qui commande, chaud devant s’il tombe en rade nous ne savons même pas où nous sommes, il nous a emmené sur un itinéraire logique pour lui mais pas pour nous sur les petites routes de Charente, de nuit pas un chat pour des infos, des panneaux oui mais ils nous indiquent des villages intermédiaires et pas notre destination ! (Pub : merci TomTom rider’ c’est vrai il est étanche, et fonctionne bien, même si je ne sais pas par où il m’a emmené, je suis arrivé à bon port).

Heureusement nous l’avions prévu et fait le plein avant d’attaquer les petites routes.

Ca fait plaisir d’entendre dans mon oreille la petite voix féminine me dire vous êtes arrivée à votre destination, à deux cent mètres prés.

Il est vingt trois heures trente !

Nous avons gagné une heures trente sur le premier parcourt calculé par le GPS, par les nationales, nous l’avons reprogrammé à la sortie de Toulouse afin de prendre l’autoroute gratuite sur une bonne partie pour cause de mauvais temps à venir !

C’est la poignée presque dans le coin que nous avons gagné du temps sur la nuit sur l’orage sur le brouillard, deux cents bornes à tirer la bourre (ouf ! pas de radars) avec les éléments de la nature ! Bon ils ont gagnés mais heureusement tardivement !

Et même pas mouillé juste le bout des chaussures et chaussettes, les gants oui mais là c’est normal.

Deux jours pour nous remettre et c’est le départ.

Le retour a la maison bien sans problème et oui ! J’y avais pensé Harley l’a fait ! La prochaine fois j’y penserais avant de partir peut être que Harley le fera !

Coût de la réparation dix euro donné au mécano.

Un souvenir de vacances de plus et une photo à garder, que les mauvaises langues se taisent nous ne sommes pas tombés en panne pour éviter la pluie en nous faisant transporter en camion !

Les prochaines vacances bah oui en Harley, c’est trop bien !!

      

 

 

                       
vacances aout 2006 col des palomières
envoyé par biker78

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbu Q - dans nos voyages
commenter cet article

commentaires

vinnce 29/02/2008 07:23

Bin voila j'ai visité le col , merci de cette balade , bon courage et bonne journée .

jcbiker 02/03/2008 21:24

Merci vinnce tu reviens quand tu veux.Amitiés

Gégé Harley's 1 29/08/2006 21:27

Sacré Jean-Claude,Triste fin de vacances on dirait, mais un vieux proverbe chinois dit que le vent chasse toujours les nuages...A bientôt mon pote.

Barbu Q 01/09/2006 20:17

Et  oui et pas dégouté de la harley hein ..

Yves 29/08/2006 19:40

Lol , lol et re lol !!!
A ton age faire encore l'coup de la panne ....

Barbu Q 01/09/2006 20:18

A mon âge koi ! y a pas d'âge ou nous ne voyons pas les choses de la même fassons té déjà fatigué toi ? 

yoyo 29/08/2006 08:29

en plus la vidéo, elle est courte 

jcbiker 01/07/2008 21:01


..


yoyo 28/08/2006 23:22

et c'est tout c'qu'y a comme photos?

Barbu Q 29/08/2006 00:34

Et oui les autre photos c'est la famille..

Articles Récents

clik sur la photo

Texte Libre

Patch les Minotaures

 

 

Bull Dog Patch